Fin XVIIe siècle

Années précédentes


1653 - Usage de l’orloge ou cadran azimuttal

ensemble de l’équinoctial ou quadran universel avec celui de la lune. À Dieppe - N. C. (Nicolas Crucefix)

Cet opuscule est un mode d’emploi des diptyques dieppois. On trouvera une étude de leurs différentes éditions au § V de cet article.

1654 - Principe curieux pour faire toutes sortes de cadrans solaires.

À Paris - Pierre du Heaulme

1655 - La chronologie divisée en quatre parties.

À Rennes - Jean François

1655 - Modèle familier pour la construction de tous cadrans solaires.

À Paris - Anonyme

1660 - Horologe magnétique elliptique

ou ovale nouveau, de facile usage, et très-commode, pour trouver les heures du jour et de la nuict. À Toul - Pierre Georges

1660 - Façon très rare et extraordinaire de desseigner

faire et exposer les quadrans solaires dans l’ombre, pour y faire voir les heures du Soleil. À La Flèche - Anonyme

1664 - Tables horographiques

par lesquelles est enseigné à décrire et construire toutes sortes d’horloges sur toutes sortes de plans. À Malines - Remy Valeres

1666 - La géométrie universelle,

avec un compendion de perspective, la construction des cadrans solaires, l’usage du cadran analitique, & autres diverses choses contenues en cet oeuvre. À Paris - De la Fontaine

1666 - Tables des sinus, tangentes, secantes et de logarithmes.

À La Haye - Adriaan Vlacq (1600-1667)

Réédition de 1670 (à Lyon)

Jacques Ozanam a participé à cette édition. Il semble qu’il y ait ajouté une nouvelle méthode pour calculer les logarithmes.

Thème : 2 points d’ombre

1667 - La gnomonique ou science des horloges solaires.

À Dieppe - Demichel

D’après cette page, il semble que cette référence corresponde à un manuscrit conservé à la bibliothèque de Reims.

1671 - La gnomonique universelle,

par une seule règle. À Paris - Charles Bourgoing

Thème : 3 points d’ombre

1673 - Deux machines propres à faire les quadrans

avec très grande facilité. À Paris - Ignace Gaston Pardies (1636-1673)

Réédition de 1676

Réédition de 1687

Réédition de 1689

1673 - Traité de Gnomonique,

ou de la construction des cadrans solaires sur toute sorte de plans. À Paris - Jacques Ozanam (1640-1718)

Dans cet ouvrage, Jacques Ozanam formalise et donne son nom à la notion de centre diviseur, notion qui ne semble avoir été utilisée qu’en gnomonique.

Thème : Jacques Ozanam

1679 - Nouvelle méthode pour apprendre à tracer facilement les cadrans solaires

sur toutes sortes de surfaces planes. À Paris - Monsieur C*** (Michael Butterfield (1635-1724) ?)

1679 - Journal des sçavans année 1679

Machine pour faire toutes sortes de cadrans solaires. À Paris - Claude Mallement de Messange (1653-1723)

1680 - Procès-verbaux de l’académie royale des sciences.

Méthode pour faire des cadrans. À Paris - Philippe de La Hire (1640-1718)

1682 - La gnomonique ou l’art de tracer des cadrans

ou horloges solaires sur toutes sortes de surfaces, par différentes pratiques. À Paris - Philippe de La Hire (1640-1718)

Thème : 2 points d’ombre

1685 - Méthode générale pour tracer des cadrans

sur toute sorte de plans. À Paris - Jacques Ozanam (1640-1718)

Cet ouvrage est vraissemblablement le seul à fournir une information complémentaire sur la publication du R. P. de St Rigaud, Analemma novum : sa date de parution à savoir 1656.

Réédition de 1697

Thème : Jacques Ozanam

1689 - La connaissance des temps pour l’année 1689.

Méthode pour la construction de toutes sortes de quadrans ou horloges solaires. p. 87. À Paris

Le feuillet manque dans l’exemplaire numérisé par Gallica, toutefois les Procès-verbaux de l’académie royale des sciences du 23 février 1689 nous indiquent que c’est Philippe de La Hire qui a rédigé cet article. Quelques détails sur son contenu se trouvent aussi dans l’Histoire de l’académie, tome II, p. 70 :

M. de La Hire a communiqué les remarques qu’il a faites sur la manière de faire toutes sortes de cadrans par une nouvelle méthode ; elle consiste en deux choses. 1 Sçavoir trouver la soustylaire. 2 Trouver les deux angles qu’elle fait, l’un avec la méridienne du lieu, l’autre avec l’axe du monde. Cette méthode fut alors publiée dans le livre de la Connaissance des tems de l’année 1689.

1690 - La gnomonique ou la manière de tracer des quadrans

ou horloges solaires sur toutes sortes de plans, par deux méthodes différentes. À Paris - N. P. (Claude Richer d’après la médiathèque Louis-Aragon du Mans ?)

1691 - Dictionnaire mathématique,

ou idée générale des mathématiques. À Paris - Jacques Ozanam (1640-1718)

Thème : Jacques Ozanam

1691 - Oeuvres de mathématiques contenant

les élémens de géométrie, discours du mouvement local, la statique et deux machines propres à faire les cadrans. À La Haye - Ignace Gaston Pardies (1636-1673)

Troisième édition.

Réédition de 1710

Réédition de 1725 (à Amsterdam)

1693 - Divers ouvrages de mathématique et de physique

par Messieurs de l’académie royale des sciences. De la pratique des grands cadrans par le calcul. À Paris - Jean Picard (1620-1682)

Dès 1681, Jean Picard commence la rédaction de ce traité qu’il ne terminera pas. C’est Philippe de La Hire qui complétera le manuscrit et le fera imprimer.

Thème : 2 points d’ombre

1693 - Cours de mathématique.

Tome V. Traité de gnomonique. À Paris en 5 volumes - Jacques Ozanam (1640-1718)

Réédition de 1697

Réédition de 1699

Thème : Jacques Ozanam

1694 - Récréations mathématiques et physiques.

Tome premier. Problèmes de gnomonique. À Paris en 2 volumes - Jacques Ozanam (1640-1718)

Réédition de 1696

Réédition de 1697

Réédition de 1698

Réédition de 1700

Thème : Jacques Ozanam

1695 - Oeuvres du R. P. Ignace-Gaston Pardies,

contenant 1.Les élémens de géométrie 2.Un discours du mouvement local 3.La statique ou la science des forces mouvantes 4.Deux machines propres à faire les quadrans 5.Un discours de la connaissance des bestes. À Lyon - Ignace Gaston Pardies (1636-1673)

Réédition de 1709

Réédition de 1725

1698 - La gnomonique ou méthodes universelles

pour tracer des horloges solaires ou cadrans sur toutes sortes de surfaces. À Paris - Philippe de La Hire (1640-1718)

Thème : 3 points d’ombre


Années suivantes