Début XIXe siècle

Années précédentes


1802 (An X) - Journal de l’école polytechnique.

Tome IV. Mémoire sur la gnomonique. À Paris - Lefrançois

Réédition de 1810

1806 - Gnomonique élémentaire.

À Lille - Charles Delezenne (1776-1866)

1806 - Instruction sur l’usage des cadrans solaires

horizontaux et universels. À Paris - Jean-Gabriel-Auguste Chevallier (1778-1848)

Réédition de 1807

1811 - Traité élémentaire d’astronomie physique.

Tome III. Additions de Berroyer. Gnomonique, ou théorie des cadrans solaires. À Paris - Jean-Baptiste Biot (1774-1862)

Seconde édition, la première édition de 1805 (an XIII) que l’on peut trouver ici : ECHO ne comporte pas de passage sur la gnomonique.

1811 - Annales des arts et manufactures.

Tome XLI. N° 121. Cadrans solaires portatifs. À Paris - Joseph-Nicolas Barbier de Vémars (1775-183?)

1812 - Gnomonique analytique,

ou solution par la seule analyse, de ce problème général: trouver les intersections des cercles horaires avec une surface donnée. À Lyon - Joseph Mollet (1756-1829)

1812 - Uranographie ou traité élémentaire d’astronomie,

à l’usage des personnes peu versées dans les mathématiques. À Paris - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

1812-1813 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome III. Solution du problème de gnomonique proposé à la page 40 de ce volume par M. J. M. À Nîmes

Une contribution de 1816 à ces annales (voir ci-dessous) attribue cette réponse à Joseph Mollet.

1813 - Correspondance sur l’école impériale polytechnique,

à l’usage des élèves de cette école. Janvier 1809-Mars 1813. Tome II. Gnomonique analytique. À Paris - M. Puissant

1813 - Abrégée d’Astronomie,

ou leçon élémentaire d’astronomie théorique et pratique. Leçon III : Premières observations du soleil, idée de la gnomonique ou de la science des cadrans. À Paris - Jean-Baptiste Delambre (1749-1822)

Réédition de 1833

1814 - Astronomie théorique et pratique.

Tome I. Chapitre IV : Premières idées de la gnomonique ou de la science des cadran. À Paris - Jean-Baptiste Delambre (1749-1822)

Voir aussi dans ce cours :

1815 - Gnomonique graphique,

ou méthode simple et facile pour tracer les cadrans solaires. À Paris - Joseph Mollet (1756-1829)

La gnomonique analytique parue en 1812 se trouve à la fin de cet ouvrage.

Réédition de 1820

Réédition de 1827

Réédition de 1837

Réédition de 1853

Réédition de 1865

Réédition de 1884

1816 - Connaissance des tems ... pour l’an 1819.

Théorie purement trigonométrique de l’analemme rectiligne universel et particulier, avec des conjectures sur les moyens dont les arabes se servaient pour trouver l’heure. À Paris - Jean-Baptiste Delambre (1749-1822)

1816-1817 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome VII. Gnomonique. Construction nouvelle d’un cadran solaire quelconque. À Nîmes - anonyme

1817-1818 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome VIII. Gnomonique. Méthode universelle, commune à toutes les latitudes, pour tracer toutes sortes de cadrans solaires. À Nîmes - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

La démonstration de l’ancienne encyclopédie à laquelle fait référence L.-Benjamin Francoeur, précédée d’une description des échelles, se trouve ici : ATFL, à partir du point 19 ; les planches associées sont Pl. 2 et Pl. 3.

Francoeur donne un complément d’information à sa publication dans les annales de 1818-1819 ci-dessous.

1818 - Uranographie ou traité élémentaire d’astronomie,

à l’usage des personnes peu versées dans les mathématiques. Gnomonique, ou art de construire les cadrans solaires. À Paris - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

Seconde édition, revue et considérablement augmentée.

Réédition de 1821

Réédition de 1828

Réédition de 1837

Réédition de 1838 (à Bruxelles)

Réédition de 1853

1818-1819 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome IX. Gnomonique. Sur la méthode universelle, pour tracer toutes sortes de cadrans solaires à toutes latitudes. À Nîmes - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

1819 - Histoire de l’astronomie du Moyen-Age.

Gnomonique. À Paris - Jean-Baptiste Delambre (1749-1822)

1823 - Dictionnaire technologique,

ou nouveau dictionnaire universel des arts et métiers. Tome IV. Cadran solaire. À Paris en 22 volumes de texte et 4 volumes de planches - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

Voir aussi dans ce dictionnaire :

Nouvelle édition de 1839 (à Bruxelles)

1825 - Manuel d’astronomie.

Notion de gnomonique. À Paris - Etienne-Marin Bailly (1796-1837)

Réédition de 1827

Réédition de 1830

1825 - Encyclopédie moderne,

ou dictionnaire abrégé des sciences, des lettres et des arts. Tome V. Cadrans solaires. À Paris en 24 volumes de texte et 2 volumes de planches - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

1824-1825 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome XV. Géométrie appliquée. Traité abrégé de gnomonique graphique. À Nîmes - Pierre-Frédéric Sarrus (1798-1861)

Thème : 3 points d’ombre

1826-1827 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome XVI. Note sur le tracé graphique des cadrans solaires. À Nîmes - Pierre-Frédéric Sarrus (1798-1861)

Thème : 3 points d’ombre

À Paris, puis progressivement en province,
l’heure légale passe de
l’heure vraie à l’heure moyenne locale

1828 - De la mesure du temps

et description de la méridienne verticale portative du temps vrai et du temps moyen. À Versailles - E.-F. Imbard

Réédition de 1857

1828 - Manuel d’applications mathématiques

usuelles et amusantes. Gnomonique. À Paris - T. Richard

Réédition de 1834

1828 - Encyclopédie moderne,

ou dictionnaire abrégé des hommes et des choses, des sciences, des lettres et des arts. Tome IV. Cadrans solaires. À Bruxelles en 24 volumes de texte et 1 volume de planches - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

C’est la deuxième édition de l’encyclopédie moderne, elle est augmentée d’articles biographiques.

1832 - Bulletin de la société d’encouragement pour l’industrie nationale.

31e année. Mois de mars. Rapport sur le monument solaire présenté à la société par M. de Laperrelle, professeur de stéréotomie. À Paris - M. Héricart de Thury

1832 - Instruction sur les cadrans solaires,

à l’usage de l’école d’application du corps royal d’état-major. À Paris - anonyme

Deuxième édition, revue et augmentée.

1836 - Dictionnaire des sciences mathématiques

pures et appliquées. Tome II. Gnomonique. À paris - Sous la direction d’Alexandre Sarrazin de Montferrier (1792-1863)

Réédition de 1838 (à Paris et à Bruxelles)

Réédition de 1845

Voir aussi dans ce dictionnaire :

1837 - Nouveau manuel de gnomonique,

ou l’art de faire les cadrans solaires, et re-régler les pendules et les horloges. À Paris - A. Person de Teyssèdre (?-1857)

1837 - Cours élémentaire de mathématiques pures.

Tome II. Gnomonique. À Paris - Alexandre Sarrazin de Montferrier (1792-1863)

1837 - Mémoires de l’Académie royale de Metz.

Volume 18. Mémoire sur la pratique de la Gnomonique. À Metz - François-Théodore Gosselin (1791-1862)

1839 - Gnomonique, ou art de tracer les cadrans solaires.

À Metz - Stanislas-Fortuné Livet (1808-1860)

1839 - Nouvelle géométrie théorique et pratique.

Chapitre XV. Notions de gnomonique. À Paris - Hippolyte Sonnet (1802-1879)

1840 - Astronomie pratique.

Usage et composition de la connaissance des temps. Gnomonique. À Paris - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

Deuxième édition, la première édition de 1830, que l’on peu trouver ici : Google, ne comprend pas le chapitre gnomonique.

1840 - Principes de l’arpentage,

du nivellement et de la construction des cadrans solaires. À Paris - Napoléon de Meissas (1806-1883)

1841 - Traité élémentaire d’astronomie physique.

Tome I. Addition relative à la gnomonique. À Paris - Jean-Baptiste Biot (1774-1862)

Troisième édition, corrigée et augmentée.

1841 - Encyclopédie moderne,

ou bibliothèque universelle de toutes les connaissances humaines. Tome V. Cadrans solaires. À Paris en 25 volumes dont 2 de suppléments - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

1842 - Notice sur le cadran solaire à équation.

À Lyon - Jean-Marie Guyoux (1793-1869)

1844 - Nouveau manuel complet d’astronomie amusante.

À Paris - Lewis Tomlinson, traduit de l’anglais par Armand-Denis Vergnaud (1791-1885)

1843 - Géométrie théorique et pratique.

Appendice. Applications diverses. Chapitre I. Notions de gnomonique. À Paris - Hippolyte Sonnet (1802-1879)

Seconde édition remaniée, la première est de 1839.

Réédition de 1848

Réédition de 1853

Réédition de 1856

Réédition de 1865-66

Réédition de 1872

Réédition de 1880

Réédition de 1887

1844 - Traité de stéréotomie.

À Paris - Charles-François-Antoine Leroy (1780-1854)

Réédition de 1857

Réédition de 1870

Réédition de 1877

Réédition de 1890

1845 - Nouveau manuel complet de gnomonique élémentaire,

ou méthode simple et facile de tracer les cadrans solaires, d’après Sternheim et dom Bedos. À Paris - Charles Boutereau

1845 - Nouvelles annales de mathématiques.

Journal des candidats aux écoles polytechnique et normale. Tome IV. Gnomonique. Nouvelle méthode pour tracer les cadrans solaires horizontaux. À Paris - S. Levesque

1846 - Gnomonique graphique et analytique,

ou l’art de tracer les cadrans solaires. À Paris - Jean-Pierre Born

1846 - L’art de tracer les cadrans solaires,

à l’usage des instituteurs et des personnes qui savent manier la règle et le compas. À Chartres - Gabriel Alcippe Mahistre (1811-1860)

Réédition de 1864 (à Paris)

Réédition de 1880 (à Paris)

Réédition de 1884 (à Paris)

Thème : 3 points d’ombre

1847 - Applications de la géométrie descriptive

aux ombres, à la perspective, à la gnomonique et aux engrenages. À Paris - Théodore Olivier (1793-1853)

1847 - Encyclopédie moderne. Dictionnaire abrégé des sciences,

des lettres ,des arts, de l’industrie, de l’agriculture et du commerce. Tome VII. Cadrans solaires. À Paris en 27 volumes de texte et 3 volumes de planches - Louis-Benjamin Francoeur (1773-1849)

Réédition de 1853

Réédition de 1858

Réédition de 1863


Années suivantes