Début XIXe siècle

Années précédentes


1802 (An X) - Journal de l’école polytechnique.

Tome IV. 11e cahier. Mémoire sur la gnomonique. À Paris - Lefrançois

1806 - Gnomonique élémentaire.

À Lille - Charles Delezenne (1776-1866)

1806 - Instruction sur l’usage des cadrans solaires

horizontaux et universels. À Paris - Jean-Gabriel-Auguste Chevallier (1778-1848)

Réédition de 1807

1811 - Traité élémentaire d’astronomie physique.

Tome III. Additions de Berroyer. Gnomonique, ou théorie des cadrans solaires. À Paris - Jean-Baptiste Biot (1774-1862)

Seconde édition, la première édition de 1805 (an XIII) que l’on peut trouver ici : ECHO ne comporte pas de passage sur la gnomonique.

1811 - Annales des arts et manufactures.

Tome XLI. N° 121. Cadrans solaires portatifs. À Paris - Joseph-Nicolas Barbier de Vémars (1775-183?)

1812 - Gnomonique analytique,

ou solution par la seule analyse, de ce problème général: trouver les intersections des cercles horaires avec une surface donnée. À Lyon - Joseph Mollet (1756-1829)

1812 - Uranographie ou traité élémentaire d’astronomie,

à l’usage des personnes peu versées dans les mathématiques. À Paris - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

1812-1813 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome III. Solution du problème de gnomonique proposé à la page 40 de ce volume par M. J. M. À Nîmes

Une contribution de 1816 à ces annales (voir ci-dessous) attribue cette réponse à Joseph Mollet.

1813 - Correspondance sur l’école impériale polytechnique,

à l’usage des élèves de cette école. Janvier 1809-Mars 1813. Tome II. Gnomonique analytique. À Paris - M. Puissant

1813 - Abrégée d’Astronomie,

ou leçon élémentaire d’astronomie théorique et pratique. Leçon III : Premières observations du soleil, idée de la gnomonique ou de la science des cadrans. À Paris - Jean-Baptiste Delambre (1749-1822)

Réédition de 1833

1814 - Astronomie théorique et pratique.

Tome I. Chapitre IV : Premières idées de la gnomonique ou de la science des cadran. À Paris - Jean-Baptiste Delambre (1749-1822)

Voir aussi dans ce cours :

1815 - Gnomonique graphique,

ou méthode simple et facile pour tracer les cadrans solaires. À Paris - Joseph Mollet (1756-1829)

La gnomonique analytique parue en 1812 se trouve à la fin de cet ouvrage.

Réédition de 1820

Réédition de 1827

Réédition de 1837

Réédition de 1853

Réédition de 1865

Réédition de 1884

1816 - Connaissance des tems ... pour l’an 1819.

Théorie purement trigonométrique de l’analemme rectiligne universel et particulier, avec des conjectures sur les moyens dont les arabes se servaient pour trouver l’heure. À Paris - Jean-Baptiste Delambre (1749-1822)

1816-1817 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome VII. Gnomonique. Construction nouvelle d’un cadran solaire quelconque. À Nîmes - anonyme

1817-1818 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome VIII. Gnomonique. Méthode universelle, commune à toutes les latitudes, pour tracer toutes sortes de cadrans solaires. À Nîmes - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

La démonstration de l’ancienne encyclopédie à laquelle fait référence L.-Benjamin Francœur, précédée d’une description des échelles, se trouve ici : ATFL, à partir du point 19 ; les planches associées sont Pl. 2 et Pl. 3.

Francœur donne un complément d’information à sa publication dans les annales de 1818-1819 ci-dessous.

1818 - Uranographie ou traité élémentaire d’astronomie,

à l’usage des personnes peu versées dans les mathématiques. Gnomonique, ou art de construire les cadrans solaires. À Paris - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

Seconde édition, revue et considérablement augmentée.

Réédition de 1821

Réédition de 1828

Réédition de 1837

Réédition de 1838 (à Bruxelles)

Réédition de 1853

1818-1819 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome IX. Gnomonique. Sur la méthode universelle, pour tracer toutes sortes de cadrans solaires à toutes latitudes. À Nîmes - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

1819 - Histoire de l’astronomie du Moyen-Age.

Gnomonique. À Paris - Jean-Baptiste Delambre (1749-1822)

1823 - Dictionnaire technologique,

ou nouveau dictionnaire universel des arts et métiers. Tome IV. Cadran solaire. À Paris en 22 volumes de texte et 4 volumes de planches - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

Voir aussi dans ce dictionnaire :

Nouvelle édition de 1839 (à Bruxelles)

1824 - Dictionnaire d’astronomie mis à la portée des gens du monde,

et appliquée à la marine, la géodésie et la gnomonique. À Paris - Philippe-Jean Coulier (18??- 1867)

Outre le contenu assez conséquent aux mots Cadran et Gnomonique, ce dictionnaire permet, par son système de renvoi, d’aborder la gnomonique sous des angles très variés.

La matière de cet ouvrage provient en bonne partie de l’Uranographie de L.-Benjamin Francœur. Celui-ci a vivement critiqué la manière dont elle a été utilisée dans le tome XXII de la Revue encyclopédique où se trouve également la réponse de P.-J. Coulier.

1825 - Manuel d’astronomie.

Notion de gnomonique. À Paris - Etienne-Marin Bailly (1796-1837)

Réédition de 1827

Réédition de 1830

1825 - Encyclopédie moderne,

ou dictionnaire abrégé des sciences, des lettres et des arts. Tome V. Cadrans solaires. À Paris en 24 volumes de texte et 2 volumes de planches - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

1824-1825 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome XV. Géométrie appliquée. Traité abrégé de gnomonique graphique. À Nîmes - Pierre-Frédéric Sarrus (1798-1861)

Thème : 3 points d’ombre

1826-1827 - Annales des mathématiques pures et appliquées.

Tome XVI. Note sur le tracé graphique des cadrans solaires. À Nîmes - Pierre-Frédéric Sarrus (1798-1861)

Thème : 3 points d’ombre

À Paris, puis progressivement en province,
l’heure légale passe de
l’heure vraie à l’heure moyenne locale

1828 - De la mesure du temps

et description de la méridienne verticale portative du temps vrai et du temps moyen. À Versailles - E.-F. Imbard

Réédition de 1857

1828 - Manuel d’applications mathématiques

usuelles et amusantes. Gnomonique. À Paris - T. Richard

Réédition de 1834

1828 - Encyclopédie moderne,

ou dictionnaire abrégé des hommes et des choses, des sciences, des lettres et des arts. Tome IV. Cadrans solaires. À Bruxelles en 24 volumes de texte et 1 volume de planches - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

C’est la deuxième édition de l’encyclopédie moderne, elle est augmentée d’articles biographiques.

1832 - Bulletin de la société d’encouragement pour l’industrie nationale.

31e année. Mois de mars. Rapport sur le monument solaire présenté à la société par M. de Laperrelle, professeur de stéréotomie. À Paris - M. Héricart de Thury

1832 - Instruction sur les cadrans solaires,

à l’usage de l’école d’application du corps royal d’état-major. À Paris - anonyme

Deuxième édition, revue et augmentée.

1836 - Dictionnaire des sciences mathématiques

pures et appliquées. Tome II. Gnomonique. À paris - Sous la direction d’Alexandre Sarrazin de Montferrier (1792-1863)

Réédition de 1838 (à Paris et à Bruxelles)

Réédition de 1845

Voir aussi dans ce dictionnaire :

1837 - Nouveau manuel de gnomonique,

ou l’art de faire les cadrans solaires, et re-régler les pendules et les horloges. À Paris - A. Person de Teyssèdre (?-1857)

1837 - Cours élémentaire de mathématiques pures.

Tome II. Gnomonique. À Paris - Alexandre Sarrazin de Montferrier (1792-1863)

1837 - Mémoires de l’Académie royale de Metz.

Volume 18. Mémoire sur la pratique de la Gnomonique. À Metz - François-Théodore Gosselin (1791-1862)

1839 - Gnomonique, ou art de tracer les cadrans solaires.

À Metz - Stanislas-Fortuné Livet (1808-1860)

1839 - Nouvelle géométrie théorique et pratique.

Chapitre XV. Notions de gnomonique. À Paris - Hippolyte Sonnet (1802-1879)

1840 - Astronomie pratique.

Usage et composition de la connaissance des temps. Gnomonique. À Paris - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

Deuxième édition, la première édition de 1830, que l’on peu trouver ici : Google, ne comprend pas le chapitre gnomonique.

1840 - Principes de l’arpentage,

du nivellement et de la construction des cadrans solaires. À Paris - Napoléon de Meissas (1806-1883)

1841 - Traité élémentaire d’astronomie physique.

Tome I. Addition relative à la gnomonique. À Paris - Jean-Baptiste Biot (1774-1862)

Troisième édition, corrigée et augmentée.

1841 - Encyclopédie moderne,

ou bibliothèque universelle de toutes les connaissances humaines. Tome V. Cadrans solaires. À Paris en 25 volumes dont 2 de suppléments - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

1842 - Notice sur le cadran solaire à équation.

À Lyon - Jean-Marie Guyoux (1793-1869)

1842 - Encyclopédie catholique,

répertoire universel et raisonné des sciences, des lettres, des arts et des métiers. Tome IV. Cadran solaire ou Gnomon. À Paris en 18 volumes - B. Jullien

1843 - Géométrie théorique et pratique.

Appendice. Applications diverses. Chapitre I. Notions de gnomonique. À Paris - Hippolyte Sonnet (1802-1879)

Seconde édition remaniée, la première est de 1839.

Réédition de 1848

Réédition de 1853

Réédition de 1856

Réédition de 1865-66

Réédition de 1872

Réédition de 1880

Réédition de 1887

1843 - Horographie ou gnomonique populaire,

mise à la portée de tout le monde. À Amiens - Jean-Baptiste Vincent Croizet (1787-1859)

5e édition

1844 - Nouveau manuel complet d’astronomie amusante.

À Paris - Lewis Tomlinson, traduit de l’anglais par Armand-Denis Vergnaud (1791-1885)

1844 - Traité de stéréotomie.

À Paris - Charles-François-Antoine Leroy (1780-1854)

Réédition de 1857

Réédition de 1862

Réédition de 1866

Réédition de 1870

Réédition de 1874

Réédition de 1877

Réédition de 1881

Réédition de 1883

Réédition de 1885

Réédition de 1887

Réédition de 1890

Réédition de 1910

Réédition de 1926

1845 - Nouveau manuel complet de gnomonique élémentaire,

ou méthode simple et facile de tracer les cadrans solaires, d’après Sternheim et dom Bedos. À Paris - Charles Boutereau

1845 - Nouvelles annales de mathématiques.

Journal des candidats aux écoles polytechnique et normale. Tome IV. Gnomonique. Nouvelle méthode pour tracer les cadrans solaires horizontaux. À Paris - S. Levesque

1846 - Gnomonique graphique et analytique,

ou l’art de tracer les cadrans solaires. À Paris - Jean-Pierre Born

1846 - L’art de tracer les cadrans solaires,

à l’usage des instituteurs et des personnes qui savent manier la règle et le compas. À Chartres - Gabriel Alcippe Mahistre (1811-1860)

Réédition de 1864 (à Paris)

Réédition de 1880 (à Paris)

Réédition de 1884 (à Paris)

Thème : 3 points d’ombre

1847 - Applications de la géométrie descriptive

aux ombres, à la perspective, à la gnomonique et aux engrenages. À Paris - Théodore Olivier (1793-1853)

1847 - Encyclopédie moderne.

Dictionnaire abrégé des sciences, des lettres ,des arts, de l’industrie, de l’agriculture et du commerce. Tome VII. Cadrans solaires. À Paris en 27 volumes de texte et 3 volumes de planches - Louis-Benjamin Francœur (1773-1849)

Réédition de 1853

Réédition de 1858

Réédition de 1863


Années suivantes